Résidence de recherche
David Coste

CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE
David Costé et Maëlle Faucheur
DISTRIBUTION
Dyckson E. D. / Maëlle Faucheur / Jonathan Foussadier / David Francillette / Damien Houssier /
Nadège Sellier
CRÉATION SONORE
David Costé
CHORÉGRAPHIE 
Maëlle Faucheur
CRÉATION LUMIÈRE ET RÉGIE 
Karl-Ludwig Francisco et Louis Sady
COSTUMES 
Léa Delmas

La Fierté, d'où vient cet enfant qui parle

Théâtre / danse / performance

Cela fait 6 ans que nous intervenons en prison. Nous y rencontrons des gens avec lesquels, hors de cet espace codifié, nous n’aurions jamais pu apprendre à nous connaître. Et c’est un peu de ce miracle, pas si ordinaire, de la rencontre, que nous avons envie de déplacer au théâtre, dans cet autre lieu à part.

Une comédienne et un détenu sont réunis sur le plateau. A partir de ce socle dramaturgique, c’est l’aventure humaine qui est au coeur du projet qui constitue le corps du spectacle : la relation réelle, progressive, qu’ils tissent.

La fierté, d’où vient cet enfant qui parle s’inscrit dans un cycle de recherche autour de la rencontre au plateau entre prison et société civile. Pour cette pièce nous partons de la question de la honte, de ce qu’on a peur ou envie de transmettre à nos enfants. Derrière se dessine une recherche autour de la violence.



"On voulait pas être comme les gens entre guillemets normaux.
On se crée un monde parallèle, un monde où tout est permis, un monde où tu peux être qui tu veux.
Nous on se dit que de toute façon, on va aller en enfer, mon frère.
Et que ça, on l’aura mérité.
Si on fait ça, c’est pour regagner le respect.
Peut-être parce que l’histoire nous a enlevé ça."

PRODUCTION : Compagnie le Dahu
Avec le soutien d'Arcadi Île-de-France
Avec l’Aide au spectacle vivant de la Spedidam - autres soutiens en cours.

Avec le soutien des Plateaux Sauvages, du Théâtre Paris Villette, de la Fonderie, du
CentQuatre, du Carreau du Temple, de la Maison Populaire de Montreuil.


© Martin Argyroglo

CONCEPTION ET MISE EN SCENE
Maëlle Faucheur et David Costé
AVEC

Les détenu.e.s de la Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis et du Centre pénitentiaire sud-francilien (Réau).
Les amateurs de la Maison des Pratiques Artistiques Amateures de Paris.

JE NE SAIS PAS QUI TU ES

En partenariat avec les Plateaux Sauvages, la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, le Centre pénitentiaire sud francilien et la MPAA de Paris, la compagnie met en place un atelier d’écriture et de théâtre sur la saison 2018-2019.

Organisé en trois étapes, il mettra en scène une correspondance entre chaque groupe de travail : des femmes détenues, des jeunes amateur.e.s et des hommes détenus. Une restitution est proposée aux Plateaux Sauvages le 20 février 2019, avec les jeunes amateur.e.s et les détenu.e.s qui auront obtenu une autorisation de sortie.

L'atelier est mené en parallèle du travail de création sur La Fierté, d'où vient cet enfant qui parle, sur la même thématique : la question de nos héritages, et plus précisément, de ce qui peut nous rendre fiers, ou au contraire nous faire porter un sentiment d'indignité

En proposant que l’atelier relie différentes structures pénitentiaires et lieux culturels de la région Île de France, nous souhaitons ouvrir des perspectives. Les jeunes ont une vision souvent stéréotypée, lointaine, ou parfois personnelle des populations incarcérée, et les détenu.e.s ne se sentent souvent pas concerné.e.s par les lieux culturels, et plus particulièrement par le théâtre de création. Il nous paraît essentiel de créer des ponts entre des “lieux” de la société dont les populations ne se connaissent pas, pour reconstruire du lien et donner une idée plus concrète, plus humaine, des réalités de chacun.


Les Plateaux Sauvages sont un nouveau lieu de fabrique inédit, un outil au service de la création artistique autant qu’un lieu de
pratique et de relations. Créé autour du projet de la metteure en scène Laëtitia Guédon, il traduit sa passion d’un théâtre contemporain et engagé, où création et transmission artistique partagent un foyer commun.


La compagnie interviendra également au Centre de détention pour Mineurs de Porcheville, en partenariat avec le Collectif 12,
Fabrique d’art et de culture basée à Mantes-la-Jolie.

menée en collaboration avec les Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation de l'Essonne et de Seine et Marne, la MPAA de Paris, et les Plateaux Sauvages, lieu culturel de la Ville de Paris.
Avec l’aide de la DRAC Île de France et des Préfectures de l'Essonne et de Seine et Marne.

Déroulement du projet

2019
_
20 février :
Restitution publique avec les amateurs de la MPAA et les détenu.e.s qui auront obtenu une permission de sortie.
Les Plateaux Sauvages, Paris 20ème.

_
Février :
Ateliers avec les amateurs de la MPAA.
MPAA Saint-Blaise et Plateaux Sauvages, Paris 20ème

_
Janvier-février : Ateliers avec des hommes en détention - un groupe dans chaque Etablissement.
Maisons d'arrêt de Fleury-Mérogis et Centre pénitentiaire sud-francilien (Réau).

2018
_
Novembre-décembre : Ateliers avec les amateurs de la MPAA.
MPAA Saint-Blaise, Paris 20ème.

_
Octobre-novembre : Première session d'ateliers avec des femmes en détention - un groupe dans chaque Etablissement.
Maisons d'arrêt de Fleury-Mérogis et Centre pénitentiaire sud-francilien (Réau).